Par Mme Aude Rambaud (Boulogne)
La consommation de produits ultra-transformés de type sodas ou plats en sauce avec additifs augmenterait le risque de maladie cardiovasculaire. Plus leur part est importante dans la consommation alimentaire quotidienne, plus ce risque augmente. C’est ce que montre une équipe française à partir des données de la cohorte NutriNet-santé. Ces travaux sont parus dans le BMJ.

La consommation de produits ultra-transformés augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires, maladies coronariennes et maladies cérébrovasculaires.
Cette catégorie comprend les sodas, légumes et plats en sauces contenant des additifs alimentaires, steaks végétaux reconstitués avec des additifs, confiseries et barres chocolatées, produits alimentaires principalement ou entièrement constitués de sucre, de matières grasses ou contenant des huiles hydrogénées et amidons modifiés.
Ils sont déjà associés à un risque accru de dyslipidémies, de surpoids, d’obésité, et d’hypertension artérielle.
Si cette nouvelle association reste à confirmer, plusieurs facteurs pourraient être incriminés ; la composition nutritionnelle finale du produit, la présence d’additifs alimentaires, le contact avec des matériaux ou encore la présence de produits néoformés. C’est ce que les chercheurs vont tenter de découvrir.
En attendant, cette étude menée à partir de la cohorte NutriNet-santé jette un nouveau pavé dans la marre. Exactement 105.159 adultes ont rempli des questionnaires alimentaires à plusieurs reprises (5,7 questionnaires en moyenne pour chaque participant), indiquant les aliments consommés sur 24 heures parmi une liste de 3300 items.
Les aliments ont été catégorisés selon la classification NOVA reflétant le niveau de transformation. Sur un suivi médian de 5,2 ans, la consommation d’aliments transformés a été associée à un surrisque de maladie cardiovasculaire avec pour chaque augmentation de 10% d’apports en aliments transformés, une augmentation de 12% du risque (P<0.001). Pour le risque de maladie coronarienne, cette augmentation était de 13%.
Ces données sont restées significatives après de nombreux ajustements notamment sur les apports d’acides gras saturés, de sel et de sucre ou encore de fibres.

Référence :
Bernard Srour et al.
Ultra-processed food intake and risk of cardiovascular disease: a prospective cohort study (NutriNet-Santé)
BMJ 2019;365:l1451

bottom

Yoga doux avec respiration, relaxation, méditation et postures en respectant les possibilités de chaque personne.

Les cours se déroulent en petits groupes de 4 à 5 personnes , tous les mardis de 17h45 à 19h00 .

Le 1er cours est le 15 Octobre et les séances suivantes sont le 22, 29 Octobre, 5, 12, 19 , 26 Novembre, 3, 10, 17 décembre . Cette série de 10 séances est à 260 francs .

Pour plus d'informations ou si vous souhaitez vous inscrire , n'hésitez pas à me contacter.